La lipoautogreffe : une technique efficace contre les rides

Les rides restent toujours des problèmes troublant pour les hommes mais surtout les femmes soucieuses de leur beauté et de leur pouvoir de séduction. Pour y remédier, le docteur Guy Haddad a mis au point la lipoautogreffe.

{{{Qu’est-ce que la lipoautogreffe ?}}}

La lipoautogreffe est une technique de chirurgie esthétique consistant à réinjecter la propre graisse de la personne sur une partie de son visage afin que celle-ci gagne en volume et en tension. La lipoautogreffe se révèle comme une technique efficace contre les rides et l’affaissement du visage.

La lipoautogreffe, appelée aussi lipofilling, a déjà été utilisée à la fin des années 70 en complément de la lipoaspiration. A l’époque, la technique a été plutôt décevante car la graisse implantée se résorbe et la partie traitée reste similaire à sont état préopératoire après quelques semaines. En 1984, le Docteur Guy Haddad, un chirurgien plasticien invétéré apporte sa propre touche à la technique. Il s’est attelé à réaliser une autogreffe de cellules graisseuses sur la partie du visage à traiter.
{{{
Comment se déroule une séance de lipoautogreffe ?}}}

Une séance de lipoautogreffe se déroule en ambulatoire sous anesthésie locale. Le chirurgien prélève de la graisse sur le ventre, les hanches ou les cuisses de l’individu. La graisse est ensuite lavée et traitée par le chirurgien. Après cette opération, le chirurgien injecte la graisse dans les muscles des parties du visage où les rides sont saillantes. C’est en effet la technique d’injection choisie pour que l’autogreffe soit une réussite.

Une séance d’autogreffe dure 1 heure au maximum. Après l’opération, des œdèmes commencent à apparaître et persistent durant deux semaines environ. Les résultats sont visibles après trois semaines, le temps que les œdèmes disparaissent. Après l’effectivité des résultats, vous bénéficierez d’un visage sans rides ni affaissements visibles durant un laps de temps de 3 à 5 ans. Par ailleurs, les risques d’allergies ou de rejet du corps sont rares voire inexistants car la graisse utilisée provient de l’organisme même de la personne traitée.

Partager cet article