Le lifting frontal sous endoscopie, une autre manière de combattre les rides

Pour vous donner une chance de rester toujours jeune, la chirurgie esthétique offre un large éventail de solution dont le lifting frontal sous endoscopie. Par rapport au lifting classique, ce nouveau procédé permet d’éviter les grosses incisions d’un bout à l’autre du visage.

Le principe du lifting frontal sous endoscopie

Le lifting frontal sous endoscopie est une opération chirurgicale esthétique réalisée à l’aide de l’objectif d’une mini-caméra introduite sous la peau par de petites incisions. Le médecin visualise tous les instruments à l’aide d’un moniteur. Plutôt délicat, sophistiqué et efficace, ce type d’intervention se réalise avec un maximum de sécurité. Au lieu des incisions qui vont d’une oreille à l’autre en passant par le cuir chevelu, le lifting sous endoscopie se réalise uniquement avec quatre petites incisions d’une dimension de 12 mm. Très discrètes, ces incisions sont réparties sur les régions, chevelue, temporale et frontale. Par rapport à la méthode classique, le lifting sous endoscopie a l’avantage de limiter l’inconfort esthétique et sensoriel sur la région du scalp. Il est généralement utilisé pour repositionner les sourcils tout en éliminant les rides frontales horizontales et les rides du lion. Le travail consiste surtout à affaiblir les muscles à l’origine de ces deux types de rides.

Comment se déroule le lifting facial sous endoscopie ?

Selon l’ampleur de la partie du visage traitée, le lifting facial sous endoscopie peut se faire sous anesthésie soit locale, soit générale. Associée toujours à la sédation, la première n’est possible que pour une intervention isolée. Avec des douleurs largement tolérables, cette intervention dure en moyenne une heure. Ensuite, une durée d’hospitalisation de 24 heures est recommandée par les chirurgiens. Durant quelques jours, le patient va avoir une sensation d’inconfort sur la région frontale et les paupières. La suite opératoire est aussi liée à des ecchymoses des paupières supérieures qui doivent normalement se dissiper au bout de deux semaines. Le résultat n’est entièrement perceptible qu’après trois mois, c’est-à-dire à la suite de la disparition de l’oedème résiduel. Afin de limiter les risques opératoires et de s’assurer une guérison rapide, il est nécessaire de suivre toutes les indications du médecin.

Partager cet article