Tout ce qu’il faut savoir avant de subir une abdominoplastie

Avant de subir une abdominoplastie, un certain nombre de points est à préciser pour avoir l’assurance de connaître tous les risques. Cette mise au point permet aux patients d’évaluer les avantages par rapport aux risques encourus durant et après l’intervention.

A qui s’adresse l’abdominoplastie ?

L’abdominoplastie est une grande chance pour les femmes qui ont désespérément cherché à éliminer toutes sortes de déformations subies par leur ventre. En général, cette intervention s’adresse aux femmes qui, après une grossesse ou une importante perte de poids, ont enregistré une détente de leur abdomen. Ce phénomène prend souvent la forme de relâchement de la paroi musculaire abdominale marqué par la séparation médiane des muscles grands droits. La déformation du ventre peut aussi être due aux excès graisseux ou cutané situés au-dessus ou au-dessous du nombril. Cet excès de la peau peut parfois former un véritable tablier abdominal.

Sur quels points travaillent les chirurgiens durant l’intervention ?

Durant une abdominoplastie, les chirurgiens interviennent sur des points précis destinés à redonner un ventre plat. En fonction du type de déformation, le chirurgien peut intervenir pour remettre en tension la sangle abdominale musculaire. Une remise en tension de la peau abdominale est toujours nécessaire. Elle se pratique après l’ablation d’un fuseau cutané horizontale qui a pour but d’enlever l’excès cutané et graisseux situé entre le nombril et le pubis. L’intervention requiert un dégraissage de l’ensemble de l’abdomen avec une lipostructure étendue. Le dernier point consiste à maintenir l’ombilic à une hauteur idéale déterminée par les chirurgiens.

Les cicatrices après l’intervention

Pour offrir une apparence parfaite au ventre, l’intervention ne doit laisser apparaître aucune cicatrice. La première cicatrice laissée par l’intervention doit normalement se trouver sur la région pubienne. Cette cicatrice horizontale est ensuite reliée à une autre oblique qui se situe en direction de la hanche. Ces deux cicatrices sont faites pour être cachées par le bikini. Située sur une zone de peau fine, une autre cicatrice, filiforme, reste aussi invisible pendant plusieurs mois avant d’apparaître légèrement. La dernière cicatrice occasionnée par l’intervention se trouve autour de la région de l’ombilic. En forme d’accent circonflexe, elle reste pratiquement invisible en raison de son diamètre inférieur à 1,2 cm.

Partager cet article