Augmentation mammaire : désormais possible sans bistouri

Si vous rêvez de porter des décolletés, mais que votre petite poitrine vous donne des complexes, sachez que désormais, il est possible de développer ses seins sans avoir recours à la chirurgie grâce à la méthode Brava ou le lipomodelage, ou les deux.

La méthode Brava

Lauréate du premier prix de l’innovation technique de la Société française de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, la méthode Brava est un procédé « naturel » d’augmentation du volume des seins. Toutefois, même si elle n’est pas douloureuse, la méthode Brava exige de la part des patientes beaucoup de patience et de l’abnégation. Mais l’attente en vaut le coup, on peut gagner jusqu’à deux tailles de bonnet avec ce procédé. Il s’agira surtout de « forcer » les seins à grossir tout seuls.

La durée du traitement peut varier de deux mois et demi à quatre mois. On appliquera une tension continue sur les seins pendant au moins onze heures, et ce, tous les jours. Le matériel comprend deux coques souples reliées à une petite pompe qui va aspirer doucement les tissus, exerçant ainsi une pression négative qui va « forcer » les tissus à se tendre et ainsi à se développer.

Le lipomodelage

Employé principalement comme alternative à la prothèse mammaire, le lipomodelage peut être utilisé seul pour gagner un bonnet au maximum. Il peut toutefois être complémentaire de la méthode Brava. Le procédé consiste à autogreffer de la graisse sur les seins.

On se servira de graisse récupérée dans les tissus graisseux et généralement pris sur les cuisses, les fesses et le ventre de la patiente même. Le prélèvement de tissus graisseux se fait comme pour une liposuccion, à l’aide de canules insérées dans des plis naturels de la peau. La graisse est ensuite séparée des tissus par centrifugation. La graisse obtenue sera par la suite injectée dans les seins par des microcanules.

La durée de l’intervention dépendra de la quantité de graisse à « déplacer ». Les résultats se verront 3 à 6 mois, en fonction des capacités de cicatrisation de la patiente. Cependant, comme il s’agit d’une greffe de graisse, si la personne maigrit, ses seins vont également diminuer de volume.

Partager cet article