La carboxythérapie : pour redonner une seconde jeunesse à votre peau

Encore très peu connue, la carboxythérapie est une opération très efficace pratiquée en chirurgie esthétique. Sa promesse ? Un coup d’éclat remarquable.

La carboxythérapie, une technique d’administration de CO2

La perte d’élastine et de collagène du tissu est l’un des effets inéluctables de l’âge. Elle est perçue au niveau des cuisses, du ventre, mais est surtout visible sur certaines parties du visage, notamment sur les joues et autour des lèvres. Pour prévenir le relâchement des capillaires sous-cutanés et réactiver la microcirculation sanguine, qui se retrouve alors paralysée, la carboxythérapie se propose d’injecter du gaz carbonique dans la peau. Cette injection a pour but de provoquer un décollement cutané avant de permettre à l’organisme de favoriser la circulation sanguine et stimuler l’oxygénation des fibroblastes, les cellules du derme chargées de produire l’élastine et le collagène. En pratique, la carboxythérapie ressemble beaucoup à la technique de la mésothérapie.

Carboxythérapie: le déroulement d’une séance

Dans le champ de la chirurgie esthétique, cette technique est surtout indiquée pour pallier le relâchement cutané. Selon le type de peau, les séances s’étalent entre 6 et 12 semaines et dure en moyenne 30 minutes chacune. L’intervention se pratique avec une fine aiguille et respecte des méthodes non toxiques. L’opération se pratique sur tout le visage, pas seulement autour d’une zone précise, et ce, pour améliorer la qualité du derme dans l’ensemble. Fermeté, coup d’éclat et tonicité, la carboxythérapie vous offre un nouveau visage. Attention, seuls un chirurgien ou un médecin plasticien sont dans le droit de réaliser cette opération. Enfin, il faut remarquer que, comparée aux autres opérations de chirurgie esthétique, la carboxythérapie ne requiert aucune convalescence et libère le sujet aussitôt la séance terminée.

Carboxythérapie: les suites opératoires

Il faut savoir que comme toute opération chirurgicale, la carboxythérapie n’est pas dépourvue de risques, bien qu’ils restent très rares. Des risques d’ecchymoses ou d’hématomes peuvent apparaître dans seulement 5 % des cas par exemple, mais qui disparaissent très vite sans laisser aucune trace. Le patient peut ressentir des douleurs légères, comme une sensation de pétillements sous-cutanée qui s’apaise très vite. Pendant un à deux jours après l’opération, des rougeurs accompagnées d’un léger gonflement des zones traitées peuvent aussi apparaître. Les résultats seront visibles dès la 4e séance lorsque la peau devient plus homogène. On peut avoir recours à la technique de carboxythérapie à partir de 35 ans aussitôt que les signes de l’âge apparaissent. En plus de retarder le vieillissement, la carboxythérapie permet de prévenir le recours aux nombreux soins anti-âge plus tard.

Partager cet article