La chirurgie esthétique : une course vers la perfection ?

D’un point de vue purement esthétique, la chirurgie est devenue un des progrès notables du 21e siècle. Quelles sont les différentes motivations ?

La chirurgie esthétique est-elle uniquement une course vers la perfection ?

La chirurgie esthétique n’est pas seulement utile dans la course vers la perfection. Elle permet, dans le cas de maladies très lourdes ou d’accidents corporels, de réparer les dégâts physiques qui ont pu être provoqués. Les grands brûlés par exemple, ont de plus en plus souvent recours à une chirurgie esthétique minutieuse à la suite de leur accident, ce qui leur permet à long terme de retrouver un aspect plus agréable aussi bien pour le regard des autres que pour le leur.

Ce type de chirurgie esthétique englobe d’ailleurs très souvent une part de chirurgie réparatrice assez importante, et parfois même des membres sont reconstitués, dans la mesure du possible biensûr…

Mais la chirurgie esthétique est surtout devenue une étape incontournable pour la plupart des stars que l’on voit désormais à la télévision ou au cinéma. Ce phénomène a tendance à s’étendre désormais à une grande partie de la population. Dans notre entourage, parmi nos voisins, ou nos collègues, on peut désormais se poser la question: est-ce naturel ou pas ?

Si l’on se renseigne un petit peu sur le déroulement d’un entretien avec un chirurgien esthétique avant toute opération, on peut se rendre compte qu’il y a toujours un examen psychologique, ou tout au moins est-il fortement conseillé.

Pourquoi une intervention de chirurgie esthétique ?

Dans de nombreux cas on s’est aperçu que, psychologiquement, une opération en entraîne une autre, puis une autre, puis encore une autre…

En effet, puisque le résultat de cette intervention en chirurgie esthétique est si satisfaisant, pourquoi ne pas en profiter pour refaire ça aussi ? ou bien ça ?

Le plus dur étant de faire le premier pas, après on s’habitue ou, tout au moins, on y trouve des avantages, alors qu’avant la première intervention il y a toujours beaucoup d’appréhension. De plus, si la première opération de chirurgie esthétique est souvent réalisée afin de corriger un complexe assez important, les suivantes sont plutôt des opérations de « confort » ou d’ »embellissement ». C’est à ce moment que l’on rentre dans la course vers la perfection.

Des examens psychologiques ont donc été imposés avant chaque intervention afin d’identifier les motivations des patients. Mais ces examens sont-ils toujours bien respectés ? Malheureusement, non. Dans la plupart des cas, si l’intervention nécessite une prise en charge par la Sécurité Sociale, l’examen psychologique sera effectué dans de bonnes conditions.

Mais, si cette intervention se situe en dehors du cadre des remboursements de la Sécurité Sociale, certains médecins ne pratiquent qu’un seul interrogatoire: celui du règlement de la facture. Psychologiquement, il est donc très difficile de résister au fait de vouloir améliorer, effacer ou corriger tous ces petits défauts que l’on voit tous les jours. Certaines personnes sont prêtes à s’endetter afin de pouvoir régler les notes de leurs chirurgiens esthétiques…est-ce bien toujours nécessaire ?

De tous temps, l’Homme a cherché à atteindre la perfection physique et à améliorer son apparence. Pour cela, il y avait le fard et les perruques sous la Monarchie, les bijoux et le maquillage sous l’Empire égyptien, les peintures sur le corps et les décorations dans les tribus africaines… Depuis ces dernières années, les moyens médicaux modernes, ainsi qu’une sur-médiatisation d’hommes et de femmes « parfaits » ont développé ce phénomène d’une manière différente et plus artificielle. Mais quelles seront les conséquences de toutes ces interventions ? Est-ce que quelqu’un connaît réellement l’évolution et l’adaptation du corps à toutes ces modifications sur le long terme ?

Partager cet article