Quels sont les risques liés à la chirurgie esthétique

Comme toute intervention chirurgicale, la chirurgie esthétique doit se pratiquer en milieu clinique afin de minimiser les risques et éviter les complications post -chirurgicales. Cependant, le risque zéro n’existe pas.

Des périodes post-opératoires pénibles

La science médicale a connu d’énormes avancées au cours du siècle dernier. Si la chirurgie esthétique a bénéficié de toutes ces évolutions, dans certains cas, elle a pu montrer ses limites. En effet, la chirurgie esthétique est un acte médical, qui demande du temps et de la patience. Des examens et des entretiens avec le médecin traitant ou le chirurgien pratiquant sont donc indispensables avant l’opération afin de bien déterminer votre état de santé général. Il faut aussi savoir qu’une fois l’intervention effectuée, vous devez observer un temps de repos plus ou moins long selon le type de chirurgie pratiquée. Cette période, nécessaire au bon rétablissement des tissus, des cellules ou de l’organe traité peut parfois s’avérer douloureuse et pénible se traduisant par des effets secondaires et de la fatigue.

Un des paramètres essentiels en chirurgie plastique est la phase de cicatrisation. En effet, toute opération chirurgicale à peau ouverte laisse une trace, aussi minime soit-elle. La cicatrisation permet ainsi la guérison suite à l’incision. Elle se réalise en trois phases: une phase fine et douce, une période inflammatoire puis une phase où la trace s’assouplit de nouveau progressivement. Une cicatrice ne peut être appréciée définitivement qu’au bout de deux ans. Dans le cas d’une cicatrisation hypertrophique, celle-ci apparaît rouge et épaisse, et peut devenir boursouflée pour laisser une marque dure et foncée. D’autres cicatrices se rétractent à l’intérieur et forment des bosses ou des courbes visibles.

Infections, hématomes et risques mortels

Des complications post -opératoires peuvent advenir, notamment des infections, dues à un problème d’hygiène ou à un rejet d’implant. Ces complications peuvent être traitées avec des antibiotiques si elles sont détectées à temps. Dans le cas contraire, l’implant doit être évacué. De même pour le cas assez rare d’hématome, l’implant doit être extrait rapidement. Les implants faciaux ou mammaires peuvent nécessiter une deuxième intervention afin de corriger d’éventuels déplacements ou complications qui peuvent subvenir lors des chirurgies mammaires. Un risque minime de cécité est à considérer lors des interventions au niveau des paupières. Normalement, si aucune complication ne suit, les bleus, ecchymoses et douleurs éventuelles disparaissent rapidement.

Dans le cas de complication, une correction est possible même si celle-ci s’avère délicate, car il faut alors extraire les implants ou les matériaux internes et prendre en considération la fragilisation de la peau au cours de ces différentes interventions. Des cas extrêmes de complications mortelles existent réellement. Trois maux peuvent alors survenir, l’embolie pulmonaire, le choc anaphylactique, et l’hypothermie maligne. Même si ces risques peuvent être considérés comme des accidents, ils sont réels et dépendent de la durée et de la complexité de l’intervention, mais aussi de l’âge ainsi que de l’état de santé de chaque patient.

Partager cet article