L’hymenoplastie, pour une seconde virginité

La chirurgie plastique ne se limite désormais plus à l’augmentation mammaire ou au lifting, les spécialistes du domaine inventent de interventions de plus en plus pointues et ciblées. L’hymenoplastie ou la restauration de l’hymen est l’un des derniers nés de la chirurgie esthétique.

Hymenoplastie, qu’est-ce que c’est ?

Dans certaines cultures, il est tellement important de se marier vierge que celles qui ont goûté au « fruit défendu » sont en quelque sorte pointées du doigt. D’autre part, il y a des femmes qui ont raté leur « première fois » et qui veulent revivre leur dépucelage. Aussi, ces femmes donneraient tout pour retrouver leur virginité. Avec la chirurgie esthétique, elles peuvent réaliser leu rêve à partir de 1250 € grâce à l’hymenoplastie, une intervention chirurgicale qui consiste à reconstituer l’hymen sans trace visible.

Notons au passage que l’hymen est la membrane qui se trouve à l’entrée du vagin qui s’interpose entre la cavité vaginale et la vulve. Dans la majorité des cas, l’hymen se déchire suite à la première relation sexuelle, par la pénétration de la verge. Exceptionnellement, les gymnastiques, la bicyclette ou un choc important peut également déchirer l’hymen sans qu’on ait eu un passé sexuel. Mais le résultat est le même, avec ou sans rapport sexuel, la femme dont l’hymen se déchire est considérée comme non vierge.

Comment se déroule l’hymenoplastie ?

L’hymenoplastie se fait sous anesthésie locale, éventuellement accompagnée de sédation. Etant donné que l’opération n’est pas trop lourde, les risques de complications sont faibles. L’hymenoplastie dure une demi-heure, laps de temps pendant lequel le chirurgien incise les séquelles hyménales pour reconstituer l’hymen et donner une anatomie de fille vierge. Bref, l’hymenoplastie permet de retrouver une seconde virginité.

Après l’intervention, la patiente reste une nuit à l’hôpital et peut reprendre ses activités quotidiennes dans les 24 heures. En revanche, un repos sexuel de 4 jours minimum est préconisé. Par ailleurs, comme les fils sont résorbables, la patiente n’a pas besoin de revenir à l’hôpital pour se faire retirer les fils. Les points de sutures ne sont pas visibles et le résultat est assez nature, seules quelques traces subsistent mais celles-ci disparaissent généralement au bout de quelques semaines.

Partager cet article