Devenus incontournables pour les femmes modernes, les implants mammaires permettent de corriger les défauts de la silhouette. Voici quelques informations utiles pour mieux choisir l’implant.

Les implants à base de sérum physiologique

Le sérum physiologique est un liquide à base d’eau salée. La méthode d’intervention pour ce type d’implants n’est pas simple, car le chirurgien doit dans un premier temps introduire la prothèse vide avant de le remplir en utilisant un petit tube. Si l’enveloppe se fissure, le sérum peut être absorbé par le corps. Avec ce type d’implant, le tarif est plus abordable, mais la consistance est peu naturelle, ce qui provoque parfois une gêne, en plus, les traces de l’enveloppe peuvent être visibles. Avec le sérum physiologique, la cicatrice se veut plus discrète, car l’incision est plus petite, environ 2 à 3 cm seulement, contre 4 à 5 cm pour les autres implants.

Les implants au gel

Les implants au gel liquide sont constitués de gel de silicone cohésif, il s’agit du plus ancien type d’implant utilisé. Il se veut souple et son aspect se montre plus naturel. S’il y a une rupture, le gel se répand dans tout le corps et il devient très difficile à nettoyer. Il existe aussi des implants comprenant du gel solide qui présentent moins de risque de fuite. La qualité de ce genre d’implant est optimale, il est d’ailleurs très recommandé par les chirurgiens. Enfin, la prothèse mammaire monobloc est constituée d’hydrogel, c’est-à-dire 95 % d’eau et 5 % de solution sucrée. La fuite de ce type de gel peut s’avérer dangereuse, car l’hydrogel absorbe l’eau du corps et fait gonfler les seins.

Formes et textures des implants

Plusieurs formes d’implants mammaires sont disponibles aujourd’hui. L’implant mammaire rond est conseillé aux femmes aux seins plats, car les résultats s’avèrent plus naturels et beaucoup plus esthétiques, il ne convient pas aux femmes à la peau fine. Les implants mammaires anatomiques arborent le plus souvent la forme d’une poire, ils s’adaptent à tout type de peaux et offrent un volume raisonnable par rapport au reste du corps. Le problème avec les implants anatomiques, c’est que le chirurgien doit réaliser une incision plus importante, par conséquent, la cicatrice peut être visible. Quant à la texture de l’implant, on distingue des implants lisses et des implants rugueux. Si les implants rugueux sont conseillés pour leur solidité et leur souplesse, les implants lisses ont tendance à former des coques.

Partager cet article