L’injection de lécithine de soja : une alternative à la liposuccion

La lécithine de soja est de plus en plus utilisée en médecine esthétique. Moins lourd que la liposuccion, ce traitement permet d’obtenir des résultats tout aussi concluants et stables.

La lécithine de soja: un traitement anti-cellulite efficace

Au départ utilisée par les Brésiliens pour dissoudre les plaques de graisse dans les artères, la phosphatidylcholine issue de la lécithine de soja est aujourd’hui très utilisée en mésothérapie pour traiter la cellulite localisée. Elle est une alternative plutôt intéressante à la liposuccion et s’adresse en particulier aux personnes souhaitant un traitement léger, efficace et peu contraignant.

Cependant, l’injection de phosphatidylcholine ne permet pas de traiter un surpoids global. Dans le cas de surcharge graisseuse, elle ne peut remplacer ni la lipoaspiration ni un régime. Cette technique est surtout efficace sur une cellulite de faible volume, notamment le double menton, un petit ventre rond, une petite culotte de cheval, les lipomes, les bourrelets dorsaux ...

Traitement de la cellulite par la lécithine de soja: techniques et suites

Les injections de phosphatidylcholine sont effectuées sur une zone aux contours préalablement délimités au feutre. Elles sont pratiquées manuellement ou à l’aide d’un pistolet, tous les deux à trois centimètres de la surface. Les injections se font directement dans la graisse, à environ un centimètre de profondeur. Elles sont généralement peu douloureuses, mais on peut aussi appliquer une pommade anesthésiante avant de procéder.

Une fois la séance d’injection terminée, on peut observer l’apparition de rougeurs et de sensations de chaleur au niveau de la zone traitée. Cela est dû à l’inflammation produite par l’éclatement des cellules graisseuses. La zone peut rester sensible durant quelques jours, mais ce phénomène est tout à fait normal. L’opération est à renouveler environ trois semaines après la première injection pour plus d’efficacité.

Partager cet article