Les risques d’une injection d’acide hyaluronique dans le point G

La possibilité d’augmenter la taille et la sensibilité du point G par injection d’acide hyaluronique relève d’une véritable innovation. Cependant, la méthode n’est pas sans risque, d’autant qu’il s’agit d’une intervention sur une partie très intime.

Les effets indésirables de l’injection d’acide hyaluronique dans le point G

Comme nous le savons, le point G est à la source de l’orgasme féminin. Or, quand il est trop petit, sa stimulation devient difficile, voire impossible, d’où la nécessité d’augmenter son volume. L’augmentation du point G consiste à injecter de l’acide hyaluronique dans ce petit organe féminin qui se trouve à 3cm de l’orifice du vagin. Dans la plupart des cas, l’intervention est sans gravité et cause tout au plus un saignement superficiel à la patiente juste après l’injection. Par ailleurs, cette dernière peut ressentir des douleurs externes qui devraient s’estomper rapidement avec un anti-inflammatoire. De même, il se peut qu’elle ressente une compression au niveau de la vessie, accompagnée d’une difficulté à uriner. Normalement, ces gênes disparaissent au bout de 2 à 3 jours, si ce n’était pas le cas, il faut le signaler à son médecin. En tout état de cause, les rapports sexuels sont proscrits pendant 5 jours suivant l’injection

Les risques de complication liés à l’injection d’acide hyaluronique dans le point G

Si l’intervention a été bien pratiquée et que la patiente était une bonne candidate à l’injection, les effets indésirables ne durent pas longtemps. Cependant, dans de rares cas, cette technique peut être à l’origine d’un dysfonctionnement de l’appareil urinaire. En effet, en cas de complications, la patiente peut rencontrer des problèmes de rétention d’urine. Ceci s’explique par le fait qu’en pratiquant l’injection, le médecin atteint l’urètre, un passage obligé vers le point G. Lors du passage de l’aiguille, l’urètre peut connaître des lésions qui vont alors se cicatriser. Le problème réside justement dans sa cicatrisation car ce processus naturel provoque son rétrécissement. Or, quand la taille de l’urètre diminue, la capacité de rétention d’urine diminue également. D’autre part, si l’injection d’acide hyaluronique dans le point G ne s’effectue pas dans de bonnes conditions d’hygiènes, la patiente peut être sujette à des infections urinaires à répétition.

Comment réduire au maximum les risques de complication ?

Pour pratiquer une augmentation du point G en toute quiétude, il est primordial de s’adresser à un bon chirurgien. Celui-ci vous prescrira un examen préopératoire. Même s’il ne s’agit pas d’une intervention chirurgicale à proprement parler, l’injection d’acide hyaluronique sur le point G nécessite tout de même un bilan sanguin et bien d’autres examens. Ceux-ci pourront permettre de faire le point sur l’état de santé général de la patiente ainsi que sur ses antécédents chirurgicaux. En outre, il faut éviter la prise d’anti-inflammatoires ou de médicaments qui contiennent des anticoagulants dix jours avant l’injection. Pour la consommation d’alcool et la prise de tabac, le médecin vous communiquera les mesures à prendre avant l’intervention.

Partager cet article