Ce qu’il faut savoir sur la réduction des seins

Si vous trouvez que votre poitrine est trop forte et vous gêne, vous pouvez opter pour une intervention qui en réduira la taille. Cela pourra vous permettre de faire du sport et limiter vos problèmes de dos.

De nos jours, un nombre considérable de femmes rêvent d’avoir une belle poitrine. Il y a celles qui ont des seins trop petits et qui veulent les agrandir pour être plus féminines. Et celles qui ont des seins trop volumineux et trop disproportionnés par rapport à leur physique qui veulent les réduire pour plus d’esthétisme. On dit dans ce dernier cas qu’il y a hypertrophie mammaire.

L’hypertrophie mammaire

L’hypertrophie mammaire constitue un handicap aussi bien pour la santé que pour le côté esthétique de la femme. Elle provoque des douleurs dorsales ou lombaires ainsi que des déformations squelettiques.
Pour y remédier, il y a ce que l’on appelle chirurgie mammaire dont le but est d’ordre fonctionnel et esthétique, et qui est généralement indiquée pour toute femme adulte souhaitant y recourir.

La réduction mammaire consiste à enlever une portion de tissu glandulaire, afin de diminuer le volume des seins de façon harmonieuse et permettant ainsi de soulager les myalgies dorsales dues à la surcharge pondérale.

Le surpoids engendre un relâchement des tissus mammaires entraînant l’affaissement des seins que l’on appelle encore ptôse mammaire. Cette dernière est corrigée par un redrapage ou mastopexie qui consiste à enlever l’excès de peau fripée autour de l’aréole, rajeunissant ainsi les seins en remontant leur position et donnant une peau plus ferme et souple. La réduction mammaire et le redrapage sont souvent réalisés de façon conjointe.

Quelle technique pour réduire la taille des seins ?

Les techniques varient selon l’importance de l’hypertrophie et de la ptôse mammaire:
En cas de ptôse et hypertrophie modérées: l’incision au niveau péri aréolaire et vertical permet de remonter l’aréole en position normale puis d’enlever une portion de glande dans un axe vertical afin de diminuer la largeur du sein.
Par contre, si la ptôse et l’hypertrophie sont importantes: la même technique par incision péri aréolaire et en T inversé consiste aussi à l’ablation d’une portion glandulaire mais dans un axe horizontal, le long du sillon sous mammaire.

Qu’exige cette technique ?

La réduction mammaire est une intervention qui exige un bilan pré opératoire et une mammographie. Elle se déroule sous anesthésie générale et dure environ 2 à 4 heures selon le cas. L’hospitalisation est de 24 heures à 72 heures. Des soins et des précautions liés à toute intervention sont à respecter pour éviter des suites opératoires compliquées.
Il est important de préserver la fonction de l’allaitement en vue d’une grossesse ultérieure et attendre au moins un an après l’intervention pour que le résultat soit tangible.

Partager cet article