Si plus fréquemment les femmes sont confrontées à des problèmes de seins trop petits, il existe également des femmes qui au contraire souhaitent réduire le volume de leur poitrine. À l’aide de la plastie mammaire, il est effectivement possible de procéder à une réduction mammaire.

La plastie mammaire

La plastie mammaire est une chirurgie plastique visant à rectifier une hypertrophie mammaire, soit un volume de seins trop important. Cette technique permet également de corriger un affaissement de la poitrine liée à une distension de l’enveloppe cutanée des seins. La réduction mammaire n’est pas que purement esthétique, elle permet de résoudre des désagréments physiques tels la scoliose ou les douleurs dorsales ainsi que certains problèmes psychologiques comme le complexe lié à une forte poitrine. Sous avis médical, cette intervention est prise en charge par la sécurité sociale, sinon elle sera à la charge de la patiente si elle est pratiquée dans un but purement esthétique. La plastie mammaire intervient par le retrait de l’excédant de glande pour redonner aux seins un volume plus harmonieux tout en donnant plus de confort à la patiente.

Déroulement de l’opération de réduction mammaire

La plastie mammaire ou réduction mammaire est une intervention chirurgicale qui se pratique sous anesthésie générale, nécessitant une hospitalisation de 24 à 48 heures. Une opération peut prendre 1 à 2 heures selon l’importance de l’hypertrophie. Une incision en forme de T inversé également appelée incision en ancre de marine est appliquée. Grâce à cette incision, l’excès cutané est retiré en même temps que l’excès glandaire. La glande restante sera ensuite remodelée et concentrée. Théoriquement, le chirurgien retire au moins 300 g par sein.
Après l’intervention, des antalgiques seront prescrits pour calmer les douleurs et la patiente se verra porter un pansement modelant en forme de soutien gorge. Les oedèmes ou ecchymoses, quant à eux, disparaîtront au bout d’une ou deux semaines.

Risques et complications liés à l’intervention

D’une manière générale, la plastie mammaire ne présente aucun risque grave. Toutefois, l’apparition d’un hématome est possible, car le saignement post-opératoire entraîne des ecchymoses. Des infections rares dues à une contamination de la cicatrice peuvent se présenter, mais se traitent facilement par antibiotique. Suite à la réduction de la cicatrice, il se peut qu’une perte partielle de peau ou du mamelon également appelé nécrose se produise ainsi qu’une baisse de la sensibilité du mamelon. Une asymétrie peut également être constatée à la fin de cicatrisation, mais il faut savoir qu’une poitrine est rarement symétrique au départ. L’intervention permet cependant d’obtenir une symétrie parfaite au niveau de la forme, du volume et de la position des aréoles.

Partager cet article