Les seins d’une femme font partie de ses atouts de séduction. Aussi une anomalie au niveau de cette partie de son anatomie est souvent source de complexe et de gêne pour la femme. Heureusement que grâce à la chirurgie esthétique, le « relooking » des seins est maintenant possible, pour lui rendre sourire et confiance en soi

Dans quels cas avoir recours à une prothèse mammaire ?

Les raisons principales qui justifieraient la mise en place d’une prothèse mammaire sont les cas suivants: à la suite d’une ablation mammaire, pour augmenter le volume des seins et les cas de dissymétrie des seins.

Pour ce qui est du cas d’ablation mammaire, le cancer est pour la plupart du temps à son origine. Dans un tel cas, l’intervention ne relève pas uniquement d’un souci esthétique puisque du point de vue médical, le port d’une prothèse mammaire pourrait s’avérer nécessaire dans la mesure où l’anatomie même de la patiente souffrira d’un brusque déséquilibre qui pourrait avoir des effets néfastes sur sa stature.
Dans le cas d’une augmentation de volume, on parle plutôt de complément mammaire bien que le principe de base soit exactement le même que pour une prothèse.
Enfin pour le cas d’une dissymétrie mammaire, la forme de la prothèse mammaire dépendra de l’envergure et de l’emplacement de la dissymétrie.

Les prothèses mammaires peuvent être présentées de deux façons, elles peuvent être soit solidaires à la peau soit non-solidaires. Ce qui différencie ces deux types de prothèses est en fait le produit adhésif utilisé. Il y a également le fait que la peau sur laquelle la prothèse solidaire doit s’adhérer, peut être à l’origine d’une allergie ou d’une irritation et nécessite plus de soin qu’une prothèse non solidaire

A part cela, leurs entretiens ne nécessitent aucun traitement particulier.
Effectivement qu’elles soient solidaires ou non, elles se lavent toutes avec de l’eau auquel on pourrait éventuellement ajouter un peu de savon.

Les prothèses ont le mérite d’être semblable aux seins réels. Recouvertes elles donnent même l’impression de palper de vrais seins grâce à leurs matières constituantes qui sont des gels de silicone superposés et enveloppés dans une fine couche de film polyuréthane médicale.

Le port d’une prothèse mammaire ne représente ainsi aucun inconvénient majeur par rapport au bien qu’elle procure, mais il existe quand même des mesures à prendre comme d’éviter tout type de piqûre ou d’éraflure pouvant provoquer le dégonflement de la prothèse.

Les coûts d’une prothèse mammaire sont inhérents et varient de 90 à 200 €.

Partager cet article